Montagny : 100 % blanc

Le vignoble de Montagny est le plus méridional de la côte chalonnaise. Il couvre plus de 300 hectares répartis sur quatre communes : Montagnyles- Buxy, Buxy, Jully-les-Buxy et Saint-Vallerin. Vouée entièrement au chardonnay, l’appellation propose des vins à la fois minéraux et gras, à des tarifs attractifs.

À Montagny, le chardonnay se trouve en situation de monopole sur les 300 ha de l’AOC où il donne des vins minéraux, fins, aux arômes de fleurs blanches et d’agrumes. C’est sur ce territoire que la cave des Vignerons de Buxy a bâti sa réputation. Avec près de 7 millions de bouteilles produites sur plus de 1 000 hectares de vignes, la cave a fait de la qualité son cheval de bataille. “On s’appuie sur une génération de jeunes vignerons bien formés, qui partagent notre philosophie et respectent les terroirs", note Rémi Marlin, le directeur de la Cave de Buxy. Une cave également bien présente à Rully, Givry et Mercurey de façon à se positionner comme une spécialiste de la côte chalonnaise. Rémi Marlin est aussi très clair sur la coexistence entre les vignerons indépendants et la cave de Buxy : "Ceux qui ont pris leur indépendance apportent leur originalité en faisant le plus souvent de la haute-couture. La cave coop, c’est plutôt le prêt-àporter haut de gamme. Et c’est bien en tirant dans le même sens que l’on fera progresser la côte chalonnaise sur le marché du vin". Le montagny est produit sur 4 communes : Montagny- les-Buxy, Saint-Vallerin, Jully-les-Buxy et Buxy. Les principaux pays importateurs sont l’Angleterre (loin devant avec 48 % des exportations), le Canada, l’Allemagne ou encore les Etats-Unis. Montagny profite de l’engouement des pays anglo-saxons pour les vins blancs bourguignons, d’autant que les niveaux de prix de l’appellation sont attractifs et relativement stables comparés aux appellations prestigieuses de la côte de Beaune. Dès la création des appellations d’origine contrôlées, l’aire de production a bénéficié d’une appellation d’origine. Le "tort" de montagny est de s’être longtemps contenté de produire un vin sans ambition destiné à être écoulé sur les bassins ouvriers de la région de Chalonsur- Saône, Montceau- les-Mines, le Creusot. En 1960, seulement 70 hectares étaient exploités en appellation. La cave des vignerons de Buxy produisait 1 000 hectolitres en appellation montagny en 1968. Il faut multiplier ce chiffre par plus de dix pour obtenir la production de la cave aujourd’hui. Les 25 dernières années ont donc été celles de la reconquête d’un terroir dont la capacité à engendrer des vins fins n’est plus à démontrer : des vins marqués par la minéralité auxquels s’associent des arômes d’agrumes, de pêche. À noter que l’emploi du fût y est souvent très modéré. Le pourcentage de fût neuf dépasse rarement 10 à 15 %. C’est donc au milieu des années 70 qu’il faut dater les débuts de l’essor du montagny. Les raisons de cette révélation tardive sont autant géographique qu’historique. En Saôneet- Loire, il n’y avait pas, jusqu’à une date récente, de grandes maisons de négoce comme en Côte-d’Or. Ce sont elles qui ont contribué à la notoriété de leur vignoble. Une exception notable cependant : la maison beaunoise Louis Latour achetait et exportait des vins de Montagny et de Buxy dès la fin du XIXe siècle. Une liste de tarifs datant de 1873 montre que ces vins étaient vendus à un niveau de prix supérieur à ceux de Pernand en côte de Beaune. Aujourd’hui, des maisons réputées pour la qualité de leurs vins, Bouchard Père et Fils, Antonin Rodet ou encore Faiveley proposent du montagny sur leur carte. Le vignoble de montagny forme un oméga dont la base est orientée du nord au sud. Une configuration qui sous-entend une grande diversité dans les expositions. La partie nord, sur les hauteurs de la commune de Buxy, est réputée pour donner les vins aux caractères les plus minéraux, mais les moins opulents de l’appellation. Le sol est dominé par la présence d’un calcaire du Kimméridgien bien connu des chablisiens (d’où une parenté certaine dans l’expression du caractère minéral). Les premiers crus les plus renommés sont le Vieux Château et les Pidances. Plus au sud, l’argile prend le dessus et les vins gagnent en puissance au prix parfois d’une certaine austérité : Les Coères est la tête d’affiche du secteur. La partie située au centre de l’appellation réalise une bonne synthèse : les Burnins, Montcuchot, présentent un caractère minéral associé à un gras qui peut rappeler les appellations de la côte de Beaune.

Rechercher

Soutenez les climats de Bourgogne

Recettes